Aïkido : l'oeuvre d'une vie : biographie officielle de Morihei Ueshiba, fondateur de l'aïkido / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Aïkido : l'oeuvre d'une vie : biographie officielle de Morihei Ueshiba, fondateur de l'aïkido

Couverture du livre Aïkido : l'oeuvre d'une vie : biographie officielle de Morihei Ueshiba, fondateur de l'aïkido

Auteur : Kisshomaru Ueshiba

Date de saisie : 06/09/2010

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Budo, Noisy-sur-Ecole, France

Prix : 29.00 €

ISBN : 9782846172691

GENCOD : 9782846172691

Sorti le : 06/09/2010

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Dans l'histoire des traditions martiales du Japon, les hommes d'exception furent légion mais peu d'entre eux purent prétendre au statut légendaire de Morihei Ueshiba. Tout au long de sa vie extraordinaire, il maîtrisa un nombre impressionnant d'arts et de techniques martiales et se consacra jusqu'à la fin de sa vie à l'étude des philosophies des écoles martiales japonaises. Redonnant vie à ces traditions dans un système totalement nouveau, il fonda l'aïkido qui, rapidement, est devenu l'un des arts martiaux les plus respectés dans le monde.
Dans cette biographie attachante et convaincante, le fils du Fondateur et le second dôshu de l'aikido, Kisshômaru Ueshiba, détaille la vie incroyable et souvent périlleuse de cet homme remarquable, depuis ses jeunes années marquées par les turbulences de la Restauration Meiji jusqu'à sa mort, en 1969. Proposant de nombreux récits de première main et des anecdotes tirées de documents historiques, l'auteur tisse une narration fascinante de la vie du Fondateur, et avec une grande tendresse, nous fait partager ses propres souvenirs de l'homme et du père.

Kisshômaru UESHIBA, fut le Dôshu (Maître de la Voie) de l'aikido. Né en 1921, il est le troisième fils, et le seul survivant, de Morihei Ueshiba, fondateur de l'aikido. Diplômé de l'Université de Waseda en 1946, il est nommé par son père directeur technique de l'Aikikai aikido Hombu Dôjô (centre mondial de l'aikido à Tokyo) en 1948. En 1967, il devient président de la Fondation Aikikai et prend la succession du Fondateur en 1969. Tout à la fois enfant, élève, confident et compagnon d'entraînement du Fondateur, Kisshômaru est aussi le promoteur de l'aïkido d'après-guerre. Il décède le 4 janvier 1999.





  • Les premières lignes

Extrait de la préface de Moriteru Ueshiba - Aïkido dôshû

JE SUIS VRAIMENT RAVI que la biographie de Morihei Ueshiba, fondateur de l'aïkido, écrite par le défunt dôshû Kisshômaru Ueshiba, ait été traduite. Aujourd'hui, l'aïkido s'est répandu dans quatre-vingt-dix pays de par le monde. Il est largement reconnu et pratiqué au Japon comme par-delà les mers, par des jeunes et des moins jeunes, des hommes et des femmes ; étant donné cette large dissémination, il est extrêmement important que l'aïkido soit correctement compris par ses pratiquants. Il est, en particulier, indispensable de placer ses pas dans ceux du fondateur, Morihei Ueshiba. La publication de ce livre et sa traduction sont très significatives à cet égard. J'ai cru comprendre que lorsque le Fondateur était encore en vie, il avait coutume de dire au dôshû Kisshômaru : «Pour que la Voie de l'aiki soit correctement transmise, il est nécessaire de faire connaître l'histoire de ma vie au grand public. La seule personne qui peut le faire, c'est toi.» Après la Seconde Guerre mondiale, l'aïkido commença à se faire connaître à travers le monde, bien loin du lieu où il vit le jour. En tant que fils et disciple d'Ô-Sensei, Kisshômaru dôshû fut bientôt convaincu qu'il devenait indispensable de publier une biographie du Fondateur basée sur des faits historiques détaillés et avérés. Il pensait qu'une telle biographie donnerait tout son sens à l'aïkido et serait très importante pour son développement ultérieur. L'établissement de l'aïkido en tant que budô fut l'oeuvre d'une seule et unique génération. Pour cette raison, il présente quelques imperfections, ce qui peut expliquer le fait que le grand public, et quelques fois même, ceux qui sont devenus des pratiquants d'aïkido rencontrent quelques difficultés à appréhender son ethos et ses techniques. Le fait que le Fondateur cherche en permanence à améliorer - à la fois spirituellement et techniquement - l'aïkido qu'il avait créé peut être à l'origine de ces difficultés; lorsqu'il expliquait son art, il utilisait les croyances et le vocabulaire shinto, aussi bien que des poèmes, sous la forme de doka. D'une fois à l'autre, ce qu'il cherchait à transmettre à ses élèves prenait des formes différentes et semblait partir dans une multitude de directions. Il était inévitable, vu la profondeur de ses enseignements, que ces derniers ne soient ni faciles ni simples à appréhender pour les autres.


Copyright : Studio 108 2004-2018 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli