Les Monnier : histoire d'une ascension sociale de Franche-Comté à Paris en passant par la Lorraine / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Les Monnier : histoire d'une ascension sociale de Franche-Comté à Paris en passant par la Lorraine

Couverture du livre Les Monnier : histoire d'une ascension sociale de Franche-Comté à Paris en passant par la Lorraine

Auteur : Jérôme Blanc

Préface : Christian Monneret

Date de saisie : 28/02/2008

Genre : Histoire

Editeur : Ed. Généalogie et histoire, France

Prix : 36.00 €

ISBN : 978-2-9531626-0-8

GENCOD : 9782953162608

Sorti le : 28/02/2008

en vente sur logo Amazon.fr Librairie Dialogues


  • La présentation de l'éditeur

La famille Monnier est originaire d'un petit village nommé Loray dans le Doubs en Franche-Comté. L'existence de cette famille est attestée depuis le tout début du XVIe siècle. Le premier connu est honorable Léonard qui vivait au XVIIe.
Si la famille s'est enracinée à Loray jusqu'au XVIIIe siècle, c'est Augustin, un des représentants de la 4e génération qui, après s'être engagé dans les grenadiers de France et être passé de Franche-Comté dans les Flandres avec son régiment, ira finalement faire souche à Nancy en Lorraine au dernier tiers du XVIIle siècle à la suite de son mariage avec une nancéenne. Il est le premier protagoniste de l'histoire d'une ascension sociale, qui conduira cette famille dans les hautes sphères de l'Empire, du Second empire et de la finance pendant les trente glorieuses.
En effet, le premier fils d'Augustin : Jean-Claude, s'étant lié d'amitié avec le futur maréchal Ney, épousera sa soeur et deviendra receveur de la Meurthe, conseiller municipal de Nancy. Puis le premier fils de Jean-Claude : Michel dit Auguste épousera la fille du Maréchal Molitor et sera président de la Société centrale d'agriculture et de l'Académie Stanislas, conseiller général de la Meurthe. Converti au protestantisme pendant le Réveil, il donnera naissance à une longue lignée de pasteurs et de chrétiennes militantes sur quatre générations.
Le second fils de Michel : Frédéric industriel et maître des requêtes au Conseil d'Etat, par son mariage avec la petite-fille du grand banquier protestant du Second empire : Dominique André, donnera naissance à une lignée de banquiers qui contribueront aux heures de gloire de la banque Neuflize Schlumberger & Mallet.
Si à la neuvième génération, la famille Monnier, en ligne masculine, se maintient dans la bourgeoisie mais n'occupe plus de poste public, elle s'est enrichie de nombreuses branches féminines prolifiques et variées.
Enfin, si un autre gène s'est bien transmis de génération en génération, c'est celui de la fibre guerrière : Sébastien, le fils d'Augustin, devint officier de cavalerie et fit toutes les campagnes de la Révolution et de l'Empire, Robert, le fils de Jean, se distingua de nombreuses fois pendant la guerre 1914-1918, puis lors de la guerre d'Espagne, enfin pendant la seconde guerre mondiale en Ethiopie etc.

L'auteur Jérôme Blanc, diplômé du troisième Cycle de l'EHESS, est spécialisé en histoire économique et sociale : histoire des entreprises et des entrepreneurs, direction et stratégie d'entreprise, théories sociales du XIXe siècle. Il est aujourd'hui généalogiste professionnel.





  • Les premières lignes

Extrait de l'introduction :

La famille Monnier est originaire d'un petit village nommé Loray dans le Doubs en Franche-Comté. L'existence de cette famille est attestée depuis le tout début du XVIe siècle grâce à un livre de raison écrit par Antoine Monnier représentant de la troisième génération, dont le fils Claude bâtira le vieux moulin en 1577. Elle est originaire du val de Martinvaux où se dressaient plusieurs moulins à blé et à huile alimentés par la source de la Rêverotte qui affleure au pied d'un éperon rocheux, d'où leur nom les meuniers ou Monnier en Franche-comté.

Nous n'avons pu jusqu'à maintenant faire de lien avec la famille que nous allons étudier et celle des moulins de Martinvaux, famille souche sans doute de nombreuses branches de cette famille, car les registres paroissiaux ne commencent qu'en 1571 et malheureusement comportent des lacunes. C'est pourquoi les mariages ne commencent qu'en 1641 et les décès en 1659. Les naissances, bien que commençant en 1571 comportent des années manquantes et les décès, qui débutent en 1648, ont aussi cinq années manquantes de 1674 à 1677. Ces lacunes s'expliquent, sans doute, par les nombreuses guerres qui ont dévasté cette région dont la guerre de dix ans (1636-1644). Loray fut brûlée par les Suédois en 1639 car certains de ses villageois en avaient tué. Le nom de Monnier étant assez répandu en Franche-Comté, d'autres familles Monnier sont connues en Franche-Comté comme les Monnier de Noironte et de Savigna etc.

En ce qui concerne notre famille, le premier connu est honorable Léonard (n°l), dont nous ne connaissons ni la date de naissance exacte, ni la date de son mariage, mais qui est indiqué dans le contrat de mariage de son petit-fils Jean-Claude laboureur (n° 11) et qui épouse la fille du chirurgien de Loray : Claude Vincent Lapprand. Au XVIIe, Loray relevait de la haute justice de Verccl et du fief des Mallarmey, comte de Roussillon, mais Claude (n°2), un des fils de Léonard, était déjà affranchi et les petits-enfants de Léonard possédaient des terres en franchise aux prises de Balandret et des Monnier. Par contre, jusqu'à la Révolution, tous les habitants, mainmortables ou affranchis, devaient payer le cens, participer à l'entretien du Château, du moulin et fournir du bois de chauffage et Jean-Claude justement meurt sous les ruines du four banal.

Si la famille s'est enracinée à Loray, c'est le cinquième fils de Jean-Claude : Augustin (n°24) qui, après s'être engagé dans les grenadiers de France et être passé de Franche-Comté dans les Flandres avec son régiment, ira finalement faire souche à Nancy en Lorraine au dernier tiers du XVIIIe siècle à la suite de son mariage avec une nancéenne et achètera, entre autres, le domaine de la grande Malgrange. Il est le premier protagoniste de l'histoire d'une ascension sociale, qui conduira cette famille dans les hautes sphères de l'Empire, du Second empire et de la finance pendant les trente glorieuses.


Copyright : Studio 108 2004-2014 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli