L'envers des médailles : JO de Pékin 2008 / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. L'envers des médailles : JO de Pékin 2008

Couverture du livre L'envers des médailles : JO de Pékin 2008

Préface : Jean Pierre Dubois

Date de saisie : 01/02/2008

Genre : Politique

Editeur : Bleu de Chine, Paris, France

Collection : Chine en poche

Prix : 8.00 €

ISBN : 978-2-84931-035-9

GENCOD : 9782849310359

Sorti le : 01/02/2008

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

La Charte de l'Olympisme est discrète sur les Droits de l'homme car un grand nombre de pays représentés les violent. Néanmoins les principes fondamentaux exprimés en début de texte (version au 1er septembre 2004) affirment l'objectif de «promouvoir une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine» (point 2). Ils ajoutent que l'esprit olympique «exige la compréhension mutuelle, l'esprit d'amitié, de solidarité et de fair-play» (point 4).

Cet humanisme ne doit pas se cantonner à l'espace des stades et au temps des compétitions. Notre brochure a pour objet de rappeler qu'en Chine - et malgré toutes les dénégations officielles - les droits de l'homme sont bafoués quotidiennement et délibérément. Citons, entre autres, l'absence de liberté d'expression et de liberté syndicale, le contrôle de la presse, les détentions arbitraires, la multiplicité des exécutions capitales, l'intolérance religieuse, la répression exercée sur les populations du Xinjiang et du Tibet.
Depuis juillet 2001, date d'attribution des J.O. à Pékin par le Comité international olympique, rien n'a changé. Contrairement aux espoirs de certains, la décision du C.I.O. n'a pas servi la cause des Droits de l'Homme ; le gouvernement chinois, lui, y a trouvé une nouvelle légitimation de sa politique intérieure.

Coordination Alain Bouc, Claude Meurisset

Couverture Claude Meurisset





  • Les premières lignes

LE DUALISME ÉCONOMIQUE :

des zones d'expansion;
des campagnes très pauvres.

Il est facile de se tromper sur les réalités du pays. À leur arrivée, les sportifs seront frappés par l'animation des rues, la largeur des avenues, l'intensité du trafic automobile, la hauteur des ensembles immobiliers, la publicité pour les grandes firmes mondiales. Aucune différence, semble-t-il, avec les pays les plus riches et les plus modernes.

Cette réalité ponctuelle ne s'étend pas au reste d'un pays immense dont l'invité de quelques semaines ne peut imaginer la diversité. Troisième pays du monde par la surface (après la Russie et le Canada), la Chine recouvre l'équivalent de près d'un tiers du continent africain. Elle s'étend sur 5.500 km du nord au sud (y compris les îles méridionales disputées) et sur 5.000 km d'est en ouest. On y trouve les plus hauts sommets du monde (Himalaya-Everest) comme des zones d'oasis (Xinjiang), de l'agriculture tropicale ainsi que des climats sibériens tout au nord.

La population (1,3 milliard) est la plus nombreuse du monde. Le produit intérieur brut (P.I.B.) a rejoint et dépassé celui de la France et de la Grande-Bretagne mais par définition - et à la différence du produit national - il comprend la production des entreprises étrangères. En outre il est obtenu par une population vingt fois plus nombreuse.

Le P.I.B. par habitant atteint 2.057 dollars par an, soit quelque 1.600 euros. Le chiffre donné en avril 2007 par le Fonds monétaire international (F.M.I.) pour 2006 est voisin (2001 $) ; il situe la Chine au cent huitième rang mondial, derrière le Congo, les pays d'Afrique du nord ou l'Albanie.

Ce P.I.B. par habitant est une moyenne entre des Chinois très pauvres, quelques Chinois très riches et une classe moyenne relativement peu nombreuse. Le revenu individuel monétaire dans les villes (1 049 euros par an fin 2005) correspond au triple du revenu individuel dans les campagnes, où vivent plus de 60% de la population.

Les 800 millions de ruraux en effet ont un niveau de vie très inférieur à celui des citadins et proche de celui des autres pays du Tiers monde. Selon les sources chinoises, le revenu net annuel moyen par habitant rural était fin 2005 de 3.255 yuan (environ 325 euros) soit donc moins d'un euro par jour. L'exode rural touche chaque année huit à dix millions de paysans. Les régions du centre et de l'ouest sont plus pauvres et moins industrialisées que celles de la côte orientale.


Copyright : Studio 108 2004-2018 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli