De l'arbre au sol, les bois raméaux fragmentés / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. De l'arbre au sol, les bois raméaux fragmentés

Couverture du livre De l'arbre au sol, les bois raméaux fragmentés

Auteur : Eléa Asselineau | Gilles Domenech

Date de saisie : 09/11/2007

Genre : Agriculture

Editeur : Rouergue, Arles, France

Prix : 29.50 €

ISBN : 978-2-84156-899-4

GENCOD : 9782841568994

Sorti le : 09/11/2007

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

L'utilisation des Bois Rameaux Fragmentés, communément appelés BRF, représente une véritable alternative pour l'agriculture de demain, en proposant une redécouverte du fonctionnement du sol basé sur le modèle de l'écosystème forestier.
Le processus naturel d'aggradation de la forêt, élaboré au cours de milliards d'années d'évolution du vivant, n'est pas intégré par l'humanité qui dégrade son environnement, et en particulier ses sols agricoles, par les actions conjuguées du labour, des engrais et des différents pesticides. Les premières expérimentations réalisées avec les BRF sont apparues dans les années 1970 au Québec et leurs applications commencent à se développer en France. Longtemps considérée comme un déchet, la branche d'arbre devient un produit de haute valeur agronomique, écologique et sociale, et ouvre de nouvelles perspectives pour nourrir les sols. La valorisation des Bois Rameaux Fragmentés répond ainsi à plusieurs problèmes dommageables pour l'environnement : diminution de la biodiversité, épuisement des sols, incidences sur la sécheresse et la déforestation, désertification, pollution des nappes et des rivières par les engrais et pesticides...
Écrit par deux spécialistes parmi les premiers vulgarisateurs de l'utilisation des BRF en France, De l'arbre au sol - Les Bois Rameaux Fragmentés est un véritable plaidoyer pour le sol. Ce sol, si souvent considéré comme un simple support de cultures, et qui est en réalité un des écosystèmes les plus riches de la surface des continents. Ce livre propose également une réflexion sur la gestion de la ressource en BRF en replaçant l'arbre au centre de la problématique agricole.
Inventaire inédit de ce qui a été expérimenté dans le monde depuis les années 1970, cet ouvrage nous concerne tous. Il est pratique, clair et richement documenté. Ses nombreuses illustrations lui donnent une réelle dimension documentaire et pédagogique.

De formation agricole, Éléa Asselineau découvre les BRF en 2005, lors d'un stage en agriculture biologique au Québec. Immédiatement passionnée, elle rencontre de nombreux agriculteurs, ingénieurs agronomes, chercheurs, forestiers, écologues intéressés par le sujet. Elle est la co-fondatrice du site internet www.lesjardinsdebrf.com.

De formation scientifique, Gilles Domenech est pédologue et titulaire d'un DEA d'environnement. Il découvre les BRF en 2004 et mène une expérimentation près de Sisteron. Parallèlement à cela, il réalise des études sur les BRF et la biologie du sol, afin de proposer de nouveaux axes de recherches et de mettre en place des dispositifs expérimentaux.





  • Les premières lignes

Extrait de l'introduction :

«C'est véritablement au niveau du sol que le terme de biodiversité prend tout son sens alors que pour le commun des mortels, il s'agit de la flore supérieure et des animaux qui s'y trouvent.»
Gilles Lemieux

En ce début de millénaire, l'agriculture mondiale est face à un paradoxe : d'une part, elle n'a jamais autant produit et autant contribué à nourrir l'humanité, d'autre part, elle n'a jamais autant participé à la destruction de l'environnement, mettant en péril la survie même de l'humanité à moyen terme ! C'est ainsi qu'en cent ans, l'homme à causé la désertification d'un milliard d'hectares de terres ! Une autocritique et une révolution sont donc urgentes pour une agriculture qui, depuis dix mille ans et surtout depuis le milieu du XXe siècle, au mieux maintient la fertilité des sols qu'elle utilise, au pire les détruit. La surface de production se réduisant de plus en plus, l'humanité n'a plus aujourd'hui les moyens d'épuiser son capital sol. Se replier sur la destruction des forêts primaires pour créer de nouvelles terres arables est une attitude hautement irresponsable. Importer et transporter des amendements sur de longues distances devrait être abandonné au plus vite. La logique du fumier est terminée, tout comme celle du labour mécanique. Il nous faut donc trouver de nouvelles voies pour stopper et inverser cette tendance dramatique.
Ce changement d'attitude concerne chacun d'entre nous. Toute personne qui travaille ne serait-ce que quelques mètres carrés de terre peut faire quelque chose, à son échelle. Nous pouvons et devons tous agir, depuis le jardinier qui cultive dix pieds de tomates, jusqu'aux gouvernements et organisations internationales, en passant par les agriculteurs, jardiniers, paysagistes, exploitants forestiers, ingénieurs agronomes... et ce, partout dans le monde. Une consommation plus consciencieuse au quotidien est également une contribution non négligeable à la préservation de l'environnement, de même qu'une sensibilisation dès le plus jeune âge.
L'évolution tend de plus en plus vers une logique plus respectueuse des méca­nismes naturels. Les principes sont simples : un sol où des végétaux poussent doit s'enrichir, alors que l'action de l'homme finit par appauvrir et dégrader, voire tuer, les sols. La nature a mis en place des processus à la fois complexes et intelligents pour produire, enrichir, protéger, stocker, recycler...
L'agriculture doit enrichir le sol quelle cultive, alors que c'est souvent le contraire que l'on observe aujourd'hui. Pour ce faire, la règle de base est de protéger et nourrir le sol, sur le modèle de ce que fait la forêt, grâce à l'ombre de sa canopée et la restitution au sol des feuilles, branches et racines mortes. Il s'agit non seulement d'amener des éléments nutritifs qui seront tôt ou tard utilisés par les cultures, mais aussi et surtout de nourrir les organismes vivants qui y résident. En effet, ce sol, si souvent considéré comme un simple support de cultures, est en réalité un des écosystèmes les plus riches de la surface des continents ! Les bois rameaux fragmentés sont un matériau particulièrement adapté à ce double rôle de pro­tection et de nutrition : ils protègent le sol du rayonnement solaire, de l'évaporation et de l'impact des gouttes de pluie, comme tout matériau appliqué en paillis, mais ils sont également particulièrement efficaces pour nourrir les êtres vivants présents à quelques centimètres sous nos pieds.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli