Le fox-terrier : l'éducation familiale du chiot, l'enseignement de l'obéissance, l'alimentation et la santé, l'aptitude à la chasse, les conseils du vétérinaire... / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Le fox-terrier : l'éducation familiale du chiot, l'enseignement de l'obéissance, l'alimentation et la santé, l'aptitude à la chasse, les conseils du vétérinaire...

Couverture du livre Le fox-terrier : l'éducation familiale du chiot, l'enseignement de l'obéissance, l'alimentation et la santé, l'aptitude à la chasse, les conseils du vétérinaire...

Auteur : Filippo Cattaneo

Date de saisie : 22/10/2007

Genre : Nature, Animaux

Editeur : De Vecchi, Paris, France

Collection : Guide photographique

Prix : 19.90 €

ISBN : 978-2-7328-8929-0

GENCOD : 9782732889290

Sorti le : 22/10/2007

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Rendu mondialement célèbre par le personnage du chien Milou, le Fox-Terrier, facétieux et cabotin, a connu de multiples emplois avant de devenir le petit chien de compagnie que tout le monde connaît.

Grâce à l'auteur, cynophile émérite, vous découvrirez les grandes qualités physiques et de comportement du Fox-Terrier :

° ses origines et les évolutions, morphologiques et comportementales, qui accompagnent son histoire ;
° ses caractéristiques physiques et le standard ;
° son caractère et les grandes données de son comportement ;
° les notions fondamentales d'éducation et de dressage ;
° les soins, l'hygiène et la santé ;
° des conseils concernant l'alimentation adaptée à toutes les activités, la reproduction...

Dans cet ouvrage très complet, illustré tout en couleurs, l'auteur vous fait découvrir ce chien si «Bristish», au caractère bien trempé. Il vous fait partager sa connaissance de la race et vous permettra, grâce à des conseils de professionnel, de vivre en harmonie avec votre Fox-Terrier.

Filippo Cattaneo est éleveur depuis 1984 avec l'affixe «Keral'ghin's». Il est également l'auteur de nombreux livres dans des revues de cynophilie et, aux Editions De Vecchi, d'ouvrages sur Le Golden Retriever, Le Dogue allemand, Le Rottweiler et Le Bouvier bernois.





  • Les premières lignes

Origines et histoire du chien de terrier

Les Romains, déjà, connais­saient ce chien de terrier bri­tannique comme le prouve le Commentario d'Arrianus (55-56 avant J.-C.) qui signale que les Britanniques se servaient de chiens capables de chasser sous terre, et nommés dans la langue locale «Agassin». Des chiens portant le même nom (ou Agasses) sont décrits en l'an 200 après J.-C. par Oppianus dans son De Venatione, et sont définis comme des petits Terriers. Le terme «Terriers» dérive du latin, tout comme les appellations utilisées par les chroniqueurs au fil des siècles. On parlera en effet de «Terrars» ou de «Terroures» pour décrire ces chiens qui pénètrent dans les terriers les plus profonds afin de débusquer et souvent affronter les renards, les furets et les blaireaux.
Toutefois, cette association de flair, de courage et d'agressivité, caractéristique des chiens de terrier, n'est pas courante dans les «races naturelles». On pense donc qu'ils sont le résultat de croisements entre des lignées installées avant l'ère chrétienne dans les îles Britanniques et le petit chien de ferme, bruyant, courageux et agressif que l'on peut voir, aujourd'hui encore, dans des cours de fermes.
On trouve mention de ces chiens à poil lisse ou dur, avec des pattes courtes ou longues, petits ou compacts, dans de nombreux textes consacrés aux chiens et à la chasse, et dans lesquels est décrit le travail effectué par les Terriers (comme on les appelle aujourd'hui). Ces chiens sont toujours associés aux activités agricoles ; c'est en effet le paysan qui, à pied, élevait et conduisait ces petits chiens à la chasse contre les nuisibles, ses ennemis jurés. En effet, ce que ces animaux lui déro­baient n'était pas décompté par les «seigneurs» dont dé­pendait sa misérable survie.
Avec la révolution indus­trielle qui bouleversa radica­lement les campagnes, avec la clôture des terres et la forte urbanisation qui, permettant aux paysans de s'affranchir de leur misérable condition de semi-esclavage et de dé­pendance par rapport aux pro­priétaires terriens, les attira en masse dans les villes, le destin de ces chiens changea radicalement. Ceux qui suivi­rent les paysans en ville devinrent rapidement - par nécessité - de très habiles chasseurs de rats et de souris, tandis que ceux qui restèrent à la campagne devinrent des auxiliaires pour ce qui allait devenir un sport à la mode, la chasse aux renards à cheval.
Rapidement, leurs qualités de chasseur de rats furent connues par les habitants des faubourgs des villes, à tel point que les chiens de type Terrier devinrent des héros de l'arène et furent l'objet de paris incroyables. On faisait pénétrer le chien dans un petit enclos empli de rats, et les parieurs misaient sur le nombre de rongeurs que le chien serait capable de tuer.
Les terriers restés à la cam­pagne virent aussi leur «em­ploi» évoluer. Bien que res­tant des chiens voués à la recherche des renards en ta­nière, leur tâche n'était plus d'améliorer le sort des misé­rables paysans mais de parti­ciper aux loisirs des nobles.
La chasse au cerf, cet héri­tage du Moyen Âge, ne pou­vait plus être pratiquée car, entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, les campagnes anglaises connurent des trans­formations radicales. Les vastes forêts furent abattues pour laisser la place à des étendues interminables de pâ­turages, destinées à l'élevage d'ovins à laine qui fournis­saient la matière première des manufactures modernes, construites à proximité des principaux centres indus­triels. Toutefois, les hobe­reaux de campagne n'avaient pas perdu le goût de la chasse et l'on vit apparaître des «Messieurs» à cheval, guidant de grandes meutes de Fox Hound à la poursuite des renards. Le rôle des Terriers était de débusquer ces derniers quand ils avaient réussi à se réfugier trop rapidement dans leurs tanières pour que les hommes aient le temps de «s'amuser». Il me semble hasardeux de soutenir que l'on utilisait, pour ce type de travail, uniquement les an­cêtres de nos Fox-Terriers, même si certaines caractéris­tiques de la race actuelle (ou plutôt des deux races ac­tuelles, comme nous le ver­rons bientôt) sont liées à cette utilisation pour la chasse au renard.


Copyright : Studio 108 2004-2018 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli