Le parfum d'Adam / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Le parfum d'Adam

Couverture du livre Le parfum d'Adam

Auteur : Jean-Christophe Rufin

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Flammarion, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2081201231

GENCOD : 9782081201231

en vente sur logo Amazon.fr Librairie Dialogues


  • Le bouche à oreille des écrivains

Nathalie Payens - 13/07/2007


  • Le bouche à oreille des écrivains

Olivier Descosse - 02/05/2007



  • La présentation de l'éditeur

Juliette est une jeune militante écologiste, fragile et idéaliste.
Elle participe à une opération commando pour libérer des animaux de laboratoire. Cette action apparemment innocente va l'entraîner au coeur d'un complot sans précédent qui, au nom de la planète, prend ni plus ni moins pour cible l'espèce humaine. L'agence de renseignements privée " Providence ", aux Etats-Unis, est chargée de l'affaire. Elle recrute deux anciens agents, Paul et Kerry, qui ont quitté les services secrets pour reprendre des études, l'un de médecine, et l'autre de psychologie.
Leur enquête va les plonger dans l'univers terrifiant de l'écologie radicale et de ceux qui la manipulent. Car la défense de l'environnement n'a pas partout le visage sympathique qu'on lui connaît chez nous. La recherche d'un Paradis perdu, la nostalgie d'un temps où l'homme était en harmonie avec la nature peuvent conduire au fanatisme le plus meurtrier. Du Cap-Vert à la Pologne, du Colorado jusqu'aux métropoles brésiliennes, Le parfum d'Adam est un thriller planétaire haletant.
Mais ce roman d'aventures est aussi un voyage littéraire, où l'on retrouve les portraits, les paysages et l'humour qui ont fait le succès de L'Abyssin ou de Rouge Brésil.

Avant de connaître le succès littéraire avec ses romans (L'Abyssin, Rouge Brésil - prix Goncourt 2001 -, Globalia...), Jean-Christophe Rufin a été médecin, pionnier de l'action humanitaire " sans frontières ". Il a été sollicité à plusieurs reprises pour mener des opérations secrètes, notamment dans le cadre de libération d'otages (en Afrique et dans les Balkans). En créant une intrigue au croisement de la médecine et de l'espionnage, il explore deux mondes qu'il connaît de l'intérieur et qui ont de plus en plus de liens entre eux. Mais il utilise son expérience pour en faire une pure fiction, à la force narrative et descriptive peu commune.





  • La revue de presse Laurent Seksik - Le Point du 8 février 2007

Dans son nouveau roman, «Le parfum d'Adam», Rufin se risque au roman d'espionnage. Devant la couverture annonçant un «thriller écologique», on se demande quelle mouche a pu piquer l'auteur de «L'Abyssin». On comprend vite. Ce livre qui reprend à la perfection les codes du genre - page turner obligé, suspense haletant, événements qui s'entassent dans un dénouement toujours repoussé - rassemble les fidèles obsessions de l'auteur : le héros sans attache, la traversée des mondes, le goût de l'imaginaire, la lutte du Bien contre le Mal...
Le récit de cette équipée est passionnant- on songe parfois au remarquable film «L'armée des douze singes» -, il fait frémir en même temps qu'il porte à la réflexion. Rufin réussit son coup. On pense aux plus grands, à Greene, à Le Carré. Avec, de surcroît, la touche du French author, cette manière propre à Rufin, à la fois didactique et légère, de faire comprendre les enjeux, d'exposer une autre vision du monde, de montrer, derrière le mot, l'humain.


  • La revue de presse Claire Julliard - Le Nouvel Observateur du 8 février 2007

Rufin aime à se glisser dans la littérature de genre pour éclairer des réalités actuelles. Il avait choisi la SF pour évoquer la mondialisation («Globalia») ; l'espionnage lui permet de cerner un autre phénomène menaçant. Comme toujours, l'écrivain mêle à la fiction des bribes de son expérience personnelle. Il a en effet participé à des opérations secrètes dans le cadre de libération d'otages en Afrique et dans les Balkans. L'attrait de son dernier roman, qui confirme son imagination fertile, tient donc en grande part à la solidité des données sur lesquelles il se fonde.


  • La revue de presse Delphine Peras - Lire, février 2007

Si l'écologie a le vent en poupe, Jean-Christophe Rufin ne craint pas de souffler une violente bourrasque avec son nouveau roman, Le parfum d'Adam, qui est aussi son premier thriller...
A 54 ans, l'auteur de Rouge Brésil, prix Goncourt en 2001, prouve qu'il connaît ses classiques, John le Carré et George Orwell autant que James Bond. Mais Jean-Christophe Rufin met également à profit sa longue expérience de french doctor - notamment au sein de Médecins sans frontières - dans ce roman d'espionnage très habilement ficelé, solidement documenté et servi par des personnages forts, ne serait-ce que les deux protagonistes féminines. Si la plume s'attarde parfois trop souvent sur le décor, l'action et le suspense l'emportent. Ce Parfum d'Adam, aux effluves nauséabonds, incite surtout à méditer les dérives idéologiques de l'écologie mais aussi les questions que ces dérives soulèvent.


  • La revue de presse Gilles Martin-Chauffier - Paris-Match du 4 janvier 2007

Je vous préviens tout de suite, c'est une histoire de terrorisme bactériologique. La tarte à la crème du thriller apocalyptique que je n'achète jamais. Sauf que celui-là, je vous jure que vous ne le lâcherez pas. Au début, on assiste à la destruction d'un laboratoire de recherche biologique vandalisé par une jolie écolo française, toute émue de libérer un ouistiti, une souris et un chat. Rapidement, le conte fleur bleue tourne au film d'horreur...
Grâce à Rufin, haut fonctionnaire habitué à fréquenter les cercles du pouvoir, tout sonne atrocement vrai. C'est à la fois un grand roman policier et un passionnant reportage. On est vite à mille lieues des utopies généreuses où de gentils militants battent la campagne. La lutte contre la pauvreté dans le tiers-monde tourne au combat contre les pauvres. Soudain, une certaine écologie révèle son visage affolant. On ne supprime plus les gens pour leurs opinions, leur race ou leur territoire mais, tout simplement, parce qu'ils sont en trop. C'est du cannibalisme new wave, accompli par de pauvres naïfs manipulés qui atteignent l'orgasme en regardant le soleil se coucher sur le désert. Quand on referme ce livre, on ne voit plus du même oeil les politiques qui beurrent leur programme d'une bonne couche d'écologie.



  • Les premières lignes

Wroclaw. Pologne.

Jusqu'aux singes, Juliette n'avait rien ressenti. Ou presque.
Il faut dire que tout avait plutôt bien commencé. Le laboratoire était exactement situé à l'adresse indiquée par Jonathan. Et, en contournant le bâtiment par la gauche, Juliette avait tout de suite repéré la porte de secours, malgré l'absence d'éclairage. La serrure n'opposa aucune résistance à l'action du pied-de-biche. Dans l'obscurité, elle atteignit à bout de bras le boîtier électrique et actionna l'interrupteur. Brutalement, la lumière blanche des néons inonda l'animalerie.
La seule surprise était l'odeur. Juliette s'était préparée à tout sauf à cet écoeurant mélange de fourrure sale, d'excréments et de fruits blets. Heureusement, sitôt la lumière allumée, la puanteur avait diminué, comme si elle s'était réfugiée sous les cages, au ras du sol, avec les ombres. Juliette avait haussé les épaules. Il lui fallut tout de même quelques instants pour calmer sa respiration et vérifier qu'elle n'avait pas déchiré ses gants.
Ensuite, elle s'était avancée vers les cages.
Jonathan n'avait rien pu lui dire sur leur emplacement. Selon les besoins de l'expérimentation, les animaux changeaient souvent de place. Leur nombre aussi variait. Certains étaient sacrifiés ; d'autres venaient les remplacer. On les répartissait par lots, en fonction des traitements qu'ils subissaient. Près de l'issue de secours, qui était restée grande ouverte sur la nuit, deux cages superposées contenaient des chats. Ils semblaient encore en bon état. Dès que Juliette avait entrouvert leur porte, ils bondirent dehors et quittèrent la pièce en courant.


Copyright : Studio 108 2004-2014 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli