La tranchée d'Arenberg et autres voluptés sportives / Passion du livre
Partager

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. La tranchée d'Arenberg et autres voluptés sportives

Couverture du livre La tranchée d'Arenberg et autres voluptés sportives

Auteur : Philippe Delerm

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. du Panama, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 12.00 €

ISBN : 978-2-7557-0215-6

GENCOD : 9782755702156

en vente sur logo Amazon.fr Librairie Dialogues


  • Le message sonore
Un message sonore de Philippe Delerm

Philippe Delerm - 12/02/2007



  • Le bouche à oreille des écrivains

John Palfrey - 17/07/2007



  • La présentation de l'éditeur

Il y a ces petits bouts de souvenirs qui remontent soudainement à la surface... ces plaisirs fugaces qu'on croyait envolés... La nostalgie au bout de la ligne, mais aussi le présent des mouvements, l'arabesque du dribble, la grâce du patineur, l'élégance de la phrase...
Il y a le sourire radieux de Colette Besson, la main de Platini dans celle de Battiston, le casque d'or de Jean-Pierre Rives, les estocades de Zidane...

Philippe Delerm saisit au vol tous ces gestes qui sont le sport, comme des évi­dences de joie et de souffrance entremêlées.

Ces voluptés sportives, madeleines éparpillées aux quatre coins des stades qui nous font vivre, revivre ces instants d'émotion.





  • La revue de presseFrançois Busnel - L'Express du 25 janvier 2007

Il y a deux façons d'aimer le sport : on peut le pratiquer ou bien le rêver. Amateurs de chimères, précipitez-vous sur le nouveau recueil de Philippe Delerm ! La Tranchée d'Arenberg et autres voluptés sportives est un petit bijou. «On refait le match», clame une célèbre émission de radio. Delerm relève le défi avec le panache de ceux qui ne friment pas, ne glosent pas, ne dissertent pas, mais lèvent le coude au comptoir en sirotant une bière à petites gorgées.
Dans chacun de ces 40 textes, drôles et légers, Delerm débusque une bonne raison de se tenir en joie... La tranchée d'Arenberg désigne le plus redoutable secteur pavé de Paris-Roubaix. Elle donne au titre de ce livre une connotation guerrière qui correspond assez bien à son histoire...


  • La revue de presse Franck Nouchi - Le Monde du 5 janvier 2007

Allergiques au sport s'abstenir. Cela ne s'adresse qu'aux vrais fêlés, ceux qui, depuis tout petit, lisent L'Equipe, passent des centaines d'heures devant la télé à regarder la moindre retransmission, parfois vont au stade, histoire de dire qu'ils ne font pas de sport qu'en chambre. Ceux-là vont déguster La Tranchée d'Arenberg et autres voluptés sportives, de Philippe Delerm, comme on mange des bonbons...
Delerm l'avoue : il aurait rêvé être titreur à L'Equipe, inventer "L'étape, l'étape, oui, mais c'est Pantani", un soir d'Alpe d'Huez. Chacun son métier, alors il observe, il écoute...
C'est drôle, mais pas seulement. La mélancolie affleure à toutes les pages. "Le travail de sape est bien amorcé", écrit ainsi Delerm pour évoquer la professionnalisation et la "body-buildisation" du rugby.



  • Les premières lignes

LÉGENDE AUX TUILERIES

Un livre vert pomme, sans photo sur la couverture, sans dessin. Il n'y avait plus de distribution des prix officielle, mais on donnait un livre à chaque élève, et en cinquième j'avais eu celui-là. Une autobiographie de Georges Carpentier. Ce nom me disait quelque chose, car j'avais dû lire quatre pages de bandes dessinées sur lui dans «Les belles histoires de l'Oncle Paul», de Spirou, ou l'équivalent dans Le Journal de Tintin. Dans le livre vert, toutes les cinquante ou soixante pages, étaient distillées quelques photos noir et blanc. L'une d'elles me reste en mémoire. On y voit Carpentier, plutôt petit, mince, à peine décoiffé au milieu du ring. À ses pieds, un géant en short noir couché de tout son long : Bombardier Wells. Une autre aussi, dans un océan de public, avec les deux boxeurs minuscules, comme écrasés par l'enjeu de leur rencontre mythique : Carpentier-Dempsey.
Carpentier racontait son enfance pauvre dans le Nord, et le plat que sa mère lui préparait les jours de fête : du lapin aux pronnes, aux pruneaux. Quant à la boxe, les pages déclinaient sous toutes ses formes le mythe de David et Goliath. Carpentier était le petit qui terrassait les grands, en général d'un crochet à la pointe du menton. Jusqu'au jour où Dempsey...


Copyright : Studio 108 2004-2014 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli