Les e-mails de Max à son parrain / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Les e-mails de Max à son parrain

Couverture du livre Les e-mails de Max à son parrain

Auteur : Anne-Marie Simond

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. du Héron, Lausanne, Suisse

Collection : Roman épistolaire

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-88486-007-9

GENCOD : 9782884860079

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

«[...] dans une ville sans voiture (Lucca, en charabia italien), au bord d'une place où on buvait, maman et papa du coca-cola, moi de l'eau, j'ai découvert ces sauvages, non pas des lavés, peignés, lustrés, embellis par leur liberté (je rêvais), mais des va-nu-pieds sales, pas brossés ni peignés, puants à dix mètres, qui tournaient à trois ou quatre autour d'une vieille carne, la du groupe, aussi sale et puante qu'eux, couchée, peinarde, au milieu de la place ; j'ai été les saluer, histoire de savoir ce que ces pouvaient avoir dans la tête, mais ils étaient teigneux et grossiers, et je peux bien te l'avouer, ils m'ont épaté avec leurs jurons : «cochon de Dieu !», «cochon de Jésus !», «cochonne de Madone !» ; ça me rappelait les réflexions que je me faisais, à Anvers, sur les hommes et leur tour de Babel, ambition qui leur avait valu, dit-on, de ne plus comprendre que dalle à ce qu'ils se disaient, et je pensais : okay, si nous, les chiens, on continue à parler la même langue, on jure quand même autrement d'un pays à l'autre ; comme quoi, primo, plus il fait chaud, plus les humains montrent leur peau et ressemblent à des cochons, et deuzio, les humains ont fait les dieux à leur image, et ce fut pour moi une déception sans bornes, "tes chiens se sont fait les mêmes dieux que tes hommes") ;»

Max le Schnauzer, chien littéraire, esthète, philosophe, impertinent et libertaire, s'interroge avec humour sur les relations des humains et des chiens, et rêve de liberté et de pouvoir. Ce livre réunit les e-mails que Max, chiot devenu jeune chien, puis adulte, écrivit à son parrain, René Berger.

Anne-Marie Simond, née en 1941 à Lausanne, commença sa carrière avec le dessin de mode et le graphisme ; elle créa des décors & des costumes de théâtre, ainsi que des projets de scénographie, exposa simultanément peintures et dessins en Suisse, en Allemagne et en France ; elle travailla pour des revues et des quotidiens suisses et français, dans les domaines de l'illustration, du dessin politique, de la bande dessinée et du comic-strip, avant de se consacrer à l'écriture.

René Berger (*), docteur es lettres, professeur honoraire de l'Université de Lausanne, ancien professeur à l'École des Beaux-Arts de Lausanne, ancien directeur-conservateur du Musée des Beaux-Arts de Lausanne, docteur honoris causa de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), historien d'art, philosophe, écrivain, inlassable chercheur sur Internet, est le parrain de Max le Schnauzer.

* À l'École des Beaux-Arts de Lausanne, il fut le professeur d'Anne-Marie Simond, «maman» de Max.





  • Les premières lignes

E-mail de René Berger

de : René Berger
à : AMS
envoyé : samedi 22 octobre 2005, 18 :10
objet : PRÉFACE

Innombrables sont les animaux qui ont prêté leur voix aux hommes, ou plutôt à qui les hommes ont imposé la leur. Même dans des desseins louables, ou prétendus tels ! Ainsi les fabulistes qui ont bâti leur notoriété sur eux, tels Ésope, La Fontaine, jusqu'à Walt Disney qui a fait sa fortune sur Mickey, Donald Duck... Dans l'ensemble de ces productions (le terme n'est pas excessif), c'est l'anthropomor­phisme qui compte, soit en fonction de la moralité qu'on en tire, soit en fonction de l'amusement qui fait son prix (au double sens du terme). Pourtant, dans la lignée des animaux que j'ai connus, Croc-Blanc et Capi de Sans Famille m'ont fait verser des larmes, comme à tant d'autres enfants, au point que je n'ai pas hésité à consacrer une «messe», avec chants, prières et encens à mon premier compagnon à quatre pattes, Capi lui aussi, au bord de la tombe que j'avais creusée au fond du jardin (je devais avoir quelque dix ans).

° Comment se fait-il que plusieurs décennies plus tard, déboule de Paris, sur mon ordinateur, le plus étrange e-mail qui soit :
°
«de : AMS
«à : René Berger

22/10/2005

«envoyé : dimanche 15 août 1999, 15 : 35
«objet : je m'appelle Max

«bonjour ;
«maman m'a dit que tu es mon parrain-honoris-causa [sic] ; un parrain, j'ai compris ce que c'est (mais pourquoi ? parce que tu me connais pas ? parce que tu peux pas t'occuper de moi ?) ; ça fait rien, tu peux garder ce nom à tiroirs que je comprends pas, je te promets que tu auras pas de souci à te faire à cause de moi, car je suis un grand garçon (j'ai 2 mois et 10 jours) et je sais très bien me débrouiller tout seul ;»


Copyright : Studio 108 2004-2018 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli