Théâtre et société / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Théâtre et société

Couverture du livre Théâtre et société

Auteur : Ginette Michaux

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Littérature Etudes et théories

Editeur : Lansman éditeur, Carnières, Belgique

Collection : Chaire de poétique, n° 4

Prix : 12.20 €

ISBN : 978-2-87282-515-8

GENCOD : 9782872825158

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Quatre auteurs dramatiques - Jacques De Decker, Jean-Pierre Dopagne, Claire Lejeune et Jean-Marie Piemme - dévoilent les fondements de leur écriture souvent liée à leur propre parcours, à leurs interrogations existentielles, mais aussi au hasard de rencontres avec des fortes personnalités théâtrales qui leur ont ouvert des horizons insoupçonnés.

Une crise personnelle, une référence formelle, un contexte circonstanciel... Je crois que ces facteurs concomitants peuvent situer la règle de trois de tout passage à l'acte artistique qui compte. Le problème, c'est qu'il est rare que les artistes les communiquent...
Jacques De Decker

Débattre du théâtre en termes d'opposition et d'exclusion me paraît être aux antipodes de cet art fait de diversités et de rapprochements... Mais la vie est ainsi faite : on est identifié, classé, catalogué, toujours.
Jean-Pierre Dopagne

Les mythes sont les seuls véhicules qui puissent ramener la pensée en amont du temps linéaire de l'Histoire, dans l'incondition de la consciencéMatricielle où se noie l'imaginaire guerrier. C'est au niveau de la pensée mythique que peuvent s'opérer les métissages culturels capables d'enrayer la fatalité des guerres de religions, de la guerre tout court.
Claire Lejeune

Aujourd'hui, la question de l'identité est explosive. A son seul énoncé, se conjoignent l'individuel, le politique et le tragique. Personne ne vient de nulle part. Personne ne pousse sans racines. Mais à peine reconnaît-on une identité pleine, bien proclamée, qu'elle affiche un visage monstrueux...

Ouverture passionnante sur un domaine par définition inaccessible à la critique, cette Chaire donne la parole aux écrivains, qui peuvent seuls rendre compte des raisons complexes qui les ont conduits à la création littéraire et au choix d'un genre particulier.
Ginette Michaux





  • Les premières lignes

Extrait de la présentation de Jacques De Decker par Ginette Michaux :

Cher Jacques, aimerais-je dire, car il est difficile de travailler avec vous, fût-ce à la Commission des lettres, sans être pris dans un climat d'amitié ; mais c'est par un "Monsieur le Secrétaire Perpétuel de l'Académie" que je dois vous accueillir en ce lieu, même si l'épithète y prend une couleur particulièrement jeune, moderne et non-conventionnelle, comme ceux qui ne vous connaissent qu'imparfaitement vont l'apprendre maintenant.

Jacques De Decker est germaniste. Plus de quarante adaptations de l'allemand, de l'anglais et du néerlandais jalonnent sa carrière : Shakespeare, Schnitzler, Woody Allen, Hugo Claus, le récent Werther et, pour le domaine français, Le rouge et le noir, Les trois Mousquetaires, Collision, de Pierre Mertens, etc.

Il traduit en linguiste et en écrivain. Comme preuve du sens profond qu'il donne à cette activité, je vous lis quelques phrases d'un de ses personnages, Yvan :

Yvan - [Le philosophe de la Forêt-Noire] a dit un jour à l'un de ses visiteurs que le mot-clé de toute son oeuvre n'avait jamais été convenablement traduit en français. Ce mot, disait-il, a été traduit par "angoisse". Alors qu'il entendait exprimer une sorte de sentiment de privation. Et même pas une privation malheureuse, mais quelque chose de très serein qu'il comparait au zen du bouddhisme.


Copyright : Studio 108 2004-2020 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli