Jours radieux / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Jours radieux

Couverture du livre Jours radieux

Auteur : Jean-Marie Piemme

Date de saisie : 11/08/2017

Genre : Théâtre

Editeur : Lansman éditeur, Carnières, Belgique

Collection : Théâtre à vif, n° 364

Prix : 11.00 €

ISBN : 9782807101517

GENCOD : 9782807101517

Sorti le : 10/07/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Le blond et la blonde vont mal. Ils ont peur, très peur. Le monde d'aujourd'hui n'a rien de rassurant pour les gens paisibles. La menace de l'étranger hante les corps et les têtes jusqu'à la bouffonnerie.

Mais la jeune blondinette veille sur ses parents. Elle prend les choses en main : n'y a-t-il pas des gens, un parti, qui offrent des solutions ?

La séduction de l'extrême-droite a des allures de belle pomme rouge et Blanche-Neige Démocratie y mord, faisant de la vie un conte noir.

*

Jean-Marie Piemme (1944) est l'un des auteurs dramatiques belges les plus joués et les plus publiés. On lui doit également plusieurs essais et analyses sur le théâtre contemporain. A travers ses pièces, il porte un regard social et politique acéré sur le monde contemporain.





  • Les premières lignes

I. La peur

1. Tout va bien La blondinette (au public) :
Il était une fois une paisible maison, habitée par de braves gens.
Les jours étaient tranquilles.
Chaque chose à sa place.
Pas une poussière.
Pas de confusion.
Pas d'incertitude.
Pas d'agitation.
Aucun trouble.
Le blond, la blonde et la blondinette admiraient le chant du joyeux canari dans la cage.

(La petite famille dans son pavillon)

Le blond : Tout va bien.

La blonde : Tout va bien.

Le blond : Tout va bien, n'est-ce pas ?

La blonde : Tout va bien.

Le blond : Tu es sûre que tout va bien ?

La blonde : Absolument sûre. Et toi ?

Le blond : Sûr. Sûr. Tout va bien.

La blonde : Si tout n'allait pas bien, tu le dirais ?

Le blond : Oui, mais tout va bien ?

La blonde : Oui oui, tout va bien.

La blondinette : C'est bien quand tout va bien.

La blonde : Et si - par hypothèse ! - j'apercevais, il me semblait apercevoir, j'avais l'impression d'apercevoir quelque chose qui ne va pas bien ?

Le blond : Quand on aperçoit quelque chose qui ne va pas bien, on le dit, un point c'est tout. Tu as aperçu quelque chose qui ne va pas bien ?

La blonde : Non !

Le blond : Parfois, on voit quelque chose qui ne va pas bien et on ne sait pas tout de suite qu'on l'a vu. On l'a vu sans le voir, en quelque sorte. Et on ne pense pas à le signaler.

La blonde : Tu crois que j'ai vu sans le voir quelque chose qui ne va pas bien ? Tu m'inquiètes. La blondinette : Bon, le temps est magnifique, je vais lire au jardin.

La blonde : Oui, mais ne t'éloigne pas.

Le blond : Reste dans le périmètre.

La blonde : Et vérifie que le verrou de la porte est bien tiré.

La blondinette : Compris ! (Le blond a ouvert le journal) La blonde : Quoi de neuf ?

Le blond : Les Hongrois viennent de voter une loi pour taxer les chiens étrangers.

La blonde : Ah ! Rien de particulier, alors ?

Le blond : Un homme politique a fait une déclaration. Il dit que si le papa n'est pas là pour le salaire et la maman pour s'occuper du ménage, tout va de travers.

La blonde : Il a raison, il a raison.

La blondinette (Elle appelle) : Papa...

Le blond : Oui, mon coeur.

La blondinette : Quelqu'un passe dans la rue.

Le blond : Quoi ! Reviens ici !

La blonde : Reviens tout de suite !

Le blond : Rentre immédiatement. Qui était-ce ?

La blondinette : Sais pas.

(...)


Copyright : Studio 108 2004-2018 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli