Fantôme / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Fantôme

Couverture du livre Fantôme

Auteur : Nicolas Turon

Date de saisie : 11/08/2017

Genre : Théâtre

Editeur : Lansman éditeur, Carnières, Belgique

Collection : Théâtre à vif, n° 363

Prix : 11.00 €

ISBN : 9782807101500

GENCOD : 9782807101500

Sorti le : 10/07/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Fantôme raconte l'histoire d'un match de foot. Et aussi l'histoire d'une Princesse et d'un Prince, enfin d'un Roat, enfin du Fantôme.

Mais Fantôme évoque aussi l'histoire d'un des secrets les mieux gardés d'Écosse : le sort peu enviable d'enfants, séparés de leur milieu familial, qui échouent dans des institutions qui ont perdu toute humanité.

Fantôme est une prière pour hanter les lieux que les hommes ont abandonnés : les usines, les cimetières, les églises, l'Angleterre, les petites épiceries, les rues et, pourquoi pas, les théâtres.

*

Nicolas Turon joue, écrit et met en scène. La rue est son domaine privilégié mais on le retrouve aussi au théâtre et à la radio où il pose un regard singulier et impertinent sur les petits et grands travers du monde. Il anime de nombreux ateliers et parcourt le monde pour mettre en scène des spectacles et performances.





  • Les premières lignes

Un théâtre pour ceux qui auraient dû être les héros

Afin de nourrir mon théâtre, je cherche en permanence les outils les plus bruts (presque les plus brutaux) pour lier les spectateurs au destin de mes personnages.

J'ai besoin de faire un théâtre qui ne pose pas de questions a priori, dont le fait théâtral aille de soi. J'ai envie que l'on trouve normal, à nouveau, de former une assemblée pour écouter une histoire. Les questions viendront plus tard, avec les souvenirs.

Il m'est apparu qu'en termes de ferveur et de passion commune, le sport de notre temps laisse peu de place à quelqu'autre discipline que ce soit. Il faut lire Sur le Giro 1949 de Dino Buzzati, les écrits de Tristan Bernard ou Pier Paolo Pasolini, pour réaliser combien le sport a été utilisé depuis 150 ans bien plus que la politique (ou que notre pauvre théâtre) pour unifier les peuples : ainsi le Giro (le tour d'Italie cycliste) a-t-il été créé pour offrir un semblant d'unité à un pays tout neuf ; et la première édition de la Coupe de France de football a-t-elle été organisée l'année suivant l'annexion allemande. Les derbys entre deux clubs rivaux d'une même ville ne sont-ils pas le meilleur moyen de faire aimer l'idée même de ville à ses habitants ? Les grandes épreuves sportives sont autant d'épouvantails qui cachent la formation des peuples à l'idée de nation.

Et si, à la suite d'Antoine de Saint-Exupéry, nous considérons que nous sommes de notre enfance comme d'un pays, quoi de mieux que la création d'un club de foot imaginaire pour attirer l'attention du jeune public sur l'un des plus terribles épisodes de l'Histoire des enfants ? Depuis dix ans que j'écris et que je joue pour eux, je n'ai encore jamais vu un public d'enfants sans un ou plusieurs maillots de foot dedans.


Copyright : Studio 108 2004-2018 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli