Mariage en douce : Gary & Seberg / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Mariage en douce : Gary & Seberg

Couverture du livre Mariage en douce : Gary & Seberg

Auteur : Ariane Chemin

Date de saisie : 03/07/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. des Equateurs, Sainte-Marguerite-sur-Mer, France

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-84990-451-0

GENCOD : 9782849904510

Sorti le : 29/04/2016

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Le carton d'invitation fait rêver : le 16 octobre 1963, Romain Gary épouse Jean Seberg dans le petit village de Sarrola, en Corse. Un écrivain de quarante-neuf ans, héros de la France Libre, prix Goncourt pour Les Racines du ciel. Une actrice de vingt-quatre ans à la beauté moderne, si pure, qui illumine A bout de souffle. A ces noces de la littérature et du cinéma, ni Hollywood ni la famille, encore moins les paparazzis, ne sont conviés. C'est une opération commando menée par le Renseignement militaire français : personne ne doit être informé de l'événement confidentiel défense organisé avec la bénédiction du général de Gaulle.

Aucun biographe, français ou américain, n'était remonté au jour de la cérémonie. Ariane Chemin est partie sur les traces de cet amour mythique né à l'aube des tumultueuses sixties. Pourquoi tant de mystères ? Au terme d'un sacré jeu de piste, elle a retrouvé dans un dancing, au sud de l'île, le dernier témoin de ces noces de maquisards. Le temps d'un tango, l'ancien agent secret lui a raconté les dessous du mariage en douce qui révèle la vie brûlante et barzingue de ces deux exilés.

16 octobre 1963, Sarrola, un village à flanc de montagnes au-dessus de la route d'Ajaccio. Dans la douceur de l'automne, alors que les villageois font les vendanges, un maire célèbre, dans le plus grand secret, les noces de Romain Gary et de Jean Seberg. Elle a 24 ans. Lui, 49. Il est encore diplomate (avec son beau visage de Méphistophélès du Quai d'Orsay) et un écrivain presque inconnu. Elle vient d'être révélée par Godard dans À bout de souffle.
Elle est l'icône des Cahiers du cinéma et de la Nouvelle vague. Ce sont deux exilés de l'intérieur. Le pays de Jean est celui des plaines de John Wayne, des familles puritaines de l'Amérique blanche. Romain est né à Vilnius en Lituanie, un des creusets de la culture juive. Il a été emporté par la guerre, de l'Angleterre à l'Afrique, avant que sa carrière diplomatique ne l'expédie en Bulgarie, en Bolivie et en Californie.
Jean et Romain viennent d'avoir un enfant, mais personne ne le sait. Pourquoi ont-ils choisi la Corse pour marier la NRF à Hollywood ? Pourquoi cette vallée de la Gravone, sur la route d'Ajaccio à Bastia ? Des noces en forme d'énigme. Aucun paparazzi n'a saisi ce moment dont il ne reste qu'une photo, conservée par Gary et retrouvée par son fils Diego. Pas un journaliste n'a été convié pour couvrir cet événement people.
L'enquête d'Ariane Chemin naît de ce cliché : Jean et Romain trônent au milieu de quatre inconnus sur la place du village où s'élève le monument aux morts. Jean porte un petit manteau blanc évasé - signé Dior sans doute -, jeté sur une robe trapèze, une mythologie des années 1960. Elle a l'air un peu triste. Lui, costume, cravate, a jeté un bras autour de ses épaules. De l'autre, il joue au cabotin et fait le V gaulliste de la victoire.
Des noces tragiques : 16 et 17 ans plus tard, les deux amants se donneront la mort. Mais quelques mois après le suicide de Jean Seberg, et avant de mettre à son tour fin à ses jours, Romain Gary est revenu à Sarrola. Un jeune garçon l'a vu errer dans un hôtel du Golfe d'Ajaccio, et se souvient. Un autre l'a «monté» en voiture au village. Pour voir s'il n'avait pas rêvé ? Pourquoi ce voyage sur les traces d'un bonheur perdu ? Un homme a organisé ce mariage.
L'entourage de De Gaulle l'avait choisi pour sa capacité à garder le secret. C'était un orfèvre du renseignement militaire. Il travaillait à Paris dans le renseignement et venait d'une île dont l'un des célèbres adages est : «acqua in bocca» (de l'eau dans la bouche). On le prononce en dessinant une croix sur ses lèvres. On dit aussi bocca chjosa ùn ci entre mosca (dans une bouche fermée une mouche ne peut rentrer).
C'est un colonel, un gaulliste de la première heure. Il a 94 ans et aurait dû mourir avec son secret. Ariane Chemin l'a retrouvé dans un dancing en Corse. Il dansait le tango. Quand l'orchestre a joué Ultima Stinda, la dernière étreinte (Ùn tì n'anda ma fammi dinò crede Ch'aghju suniatu è chè sì sempre à me Ne t'en vas pas mais fais-moi encore croire Que j'ai rêvé et que tu es toujours à moi) il a accepté de raconter le mariage insensé et clandestin de Jean et Romain. «Ils en ont brodé des choses avant que j'ouvre ma bouche.
Mais puisque tout le monde est mort...»

Ariane Chemin est grand reporter au Monde. Elle est notamment l'auteur d'Enterrements, La femme fatale, Patrick Buisson, le mauvais génie. Elle aime les sujets romanesques et décalés.





  • La revue de presse Philibert Humm - Paris-Match, mai 2016

La journaliste et romancière a retrouvé le témoin du plus mystérieux des mariages, celui de l'écrivain Romain Gary et de l'actrice Jean Seberg...
Le 16 octobre 1963, le couple embarque à bord d'un avion affrété par les services secrets. Direction l'aérodrome d'Ajaccio, la Méditerranée devant suffire à semer les fâcheux. Sur le tarmac corse, une voiture banalisée les attend, moteur allumé. A son volant, le capitaine Domy Colonna Cesari...
De sa confession, de ses recherches, Ariane Chemin fait un joli petit livre d'aventures, d'histoire «et d'amour ! Parce que leur relation est toujours restée très mystérieuse. Et ce mariage en est en fait la métaphore».


  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express, janvier 2016

Ariane Chemin a enquêté sur le mariage secret de Romain Gary et de Jean Seberg. Grisant...
Ariane Chemin se fait témoin invisible. Elle est à Los Angeles, en 1959, lorsque le consul de France tombe en pâmoison devant la jeune actrice. Puis elle les accompagne, au gré des voyages et tournages, dans leur romance "clandestine"...
Du beau reportage people, le voyeurisme en moins.


  • La revue de presse Bernard Pivot - Le Journal du Dimanche du 15 mai 2016

Ariane Chemin déroule les années d'amour, de voyages et de tentations de ce couple mythique...
Ariane Chemin raconte la suite, les années d'amour, de voyages (il l'accompagne dans les lieux où elle tourne) et de tentations. Jean tombe dans les bras de Clint Eastwood. Gary débarque pour provoquer l'acteur en duel. Le romancier de Lady L., de Clair de femme, compagnon de la Libération, est un formidable personnage de roman. Elle aussi, suivie et salie par le FBI pour son militantisme en faveur de la cause des Noirs. Quel couple ! Le divorce était fatal. Mais, jusqu'à leur fin tragique et volontaire, à quinze mois d'intervalle, une certaine complicité tendre et nostalgique les a toujours unis.


  • La revue de presse - Le Monde du 12 mai 2016

Revenant pour la première fois sur ce «mariage en douce», Ariane Chemin mène une enquête sensible, elle promène son lecteur sur une île qu'elle aime tant et connaît si bien.



  • Les premières lignes

Extrait du prologue

C'était une soirée corse, sans étoiles, encore lourde de l'arôme des cistes et du parfum d'iode du maquis : une eau noire et tentatrice dans laquelle on plongerait volontiers si un sixième sens ne vous retenait par le cou. «Sais-tu que c'est là-haut que se sont mariés Romain Gary et Jean Seberg ?» Un ami insulaire qui quittait rarement son île et voyageait dans les livres me montra du doigt un village de la Gravone, sur la route entre Ajaccio et Bastia. Sa vallée avait abrité les noces d'un double prix Goncourt et de l'égérie de la Nouvelle Vague. J'avais ressenti une fierté dans sa voix.

Comme lui, j'avais songé à la mort de Seberg, percutée ensuite par le suicide de Gary - cette balle de revolver dans sa bouche, une après-midi avant Noël, et ce mot laissé au pied de son lit : «Aucun rapport avec Jean Seberg. Les fervents du coeur brisé sont priés de s'adresser ailleurs.» Tout le monde a tourné et retourné cette formule mystérieuse : était-ce une vérité testamentaire ou alors un déni, signifiant l'inverse de ce qu'il disait ? Leur vie avait été labourée par les chroniqueurs et les biographies, mais leur amour restait un mystère. Nul n'était remonté à la source, à ce jour où ils s'étaient dit oui. La clé de cette énigme sentimentale se cachait peut-être dans le jour des noces.

Personne n'avait rien su de ce mariage en douce. Le monde entier avait raté l'union de La Promesse de l'aube et d'À bout de souffle. Il aurait dû faire la «une» de tous les magazines, de Life à Paris Match, de Jours de France à Vogue, et même du Harper's Bazaar, mais aucun photographe n'avait saisi de cliché de la fête, aucun témoin n'avait raconté les noces de ces deux mythes. L'actrice et le romancier, un duo de légende, et pourtant aucun récit, aucune trace. Le crime était presque parfait.

Par quel lacet de l'imaginaire ce mariage s'est-il mis à me hanter ? L'enfant bohème de Vilnius uni à la petite Wasp déboulant des plaines de John Wayne et de Ronald Reagan. Une éducation européenne, et une enfance américaine. Vingt-quatre ans pour elle, quarante-neuf pour lui. Comme tout le monde, j'avais lu Gary, ce héros qui sait si bien parler des femmes, mères, putains ou fiancées. Je l'avoue, j'étais moins sensible à son épopée virile qu'à la fragilité un peu déjantée de Jean. J'ai toujours eu un faible pour les âmes errantes vouées aux passions barzingues. Dans le couple, c'est elle qui m'intriguait. La blonde. L'ardente, l'amoureuse, l'idéaliste. La pin-up. La fêlée.

J'ai eu envie de m'adresser à la Corse. L'été, est-ce la saison des romans de Gary ? En août 2014, je suis partie à Ajaccio sur leurs traces, au prétexte d'un reportage. À cause des nuages qui enveloppaient cette cérémonie, j'avais l'impression de partir loin, très loin, vers une péninsule de l'imaginaire. Pour quelle raison ce jour solennel me semblait-il une dinguerie ?


Copyright : Studio 108 2004-2019 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli