Récit d'un hors-la-loi dans les lois de la nature / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Récit d'un hors-la-loi dans les lois de la nature

Couverture du livre Récit d'un hors-la-loi dans les lois de la nature

Auteur : Eric Petiot

Préface : Gilles Clément

Date de saisie : 29/04/2016

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Amyris, Bruxelles, Belgique

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782875520500

GENCOD : 9782875520500

Sorti le : 28/02/2016

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Ce récit est le témoignage d'une personne engagée pour changer l'énorme défi écologique de l'humanité qui, d'après l'auteur, passe par le regard sur soi qui découlera automatiquement sur une écologie identitaire et redonnera un sens aux actions collectives. Son histoire permet de cheminer au travers des lois de la vie et de la nature.
Ce défenseur philosophe d'une agriculture naturelle qui soigne les plantes par les plantes, a dû faire face aux attitudes peu cavalières de l'État, vassal des multinationales qui se permet avec violence de restreindre le champ des possibles d'une agriculture soucieuse des générations futures.
Cette narration réveille, appelle à l'indignation et crée le désir de propager ces vérités. «Le livre d'Eric Petiot est une méthode d'accès à l'autonomie de pensées. Gilles Clément.»

Après différentes formations en biologie végétale de l'arbre, en biochimie et en ethnopharmacologie, Eric Petiot s'installe dans le Pays de Gex où il développe le concept «des plantes pour soigner les plantes», allant des soins aux arbres à la création de jardins. Il organise régulièrement des stages et des formations autour du soin des plantes, la géobiologie pour jardiniers. Il est auteur de nombreux ouvrages.





  • Les premières lignes

ET L'ENFANCE PASSA...

Je suis né quelque part en Suisse, près de Genève, dans un lieu arboré où mes parents me sensibilisaient aux w oiseaux qui chantaient et au bruit des feuilles dans les arbres. Cette ambiance bucolique a certainement contribué à mon attrait grandissant pour le monde des plantes et des êtres qui les côtoient ?

Depuis mon enfance, je n'ai jamais quitté -physiquement ou en pensée- les prairies, les forêts, les rivières qui les traversaient. Je me suis laissé envahir inconsciemment par ces énergies qui vous nourrissent au plus profond de votre être. Se laisser caresser, à l'âge de l'insouciance, par le vent, puis bercer par la danse sonore de la cime des arbres vous laisse un parfum subtil inaliénable avec la réalité qui nous entoure.

Très tôt, mes journées furent remplies de promenades dans les espaces qui environnaient notre maison. Mes parents avaient pu faire construire une maison dans un lotissement à proximité d'une forêt de plusieurs kilomètres. Partir le matin à l'école par les sentiers longeant les lisières, puis passer ce pont en bois construit de façon précaire m'enchantait jusqu'au moment d'ouvrir la porte de la classe. Là, un monde empreint de réalité me paralysait car la discrimination était de taille ; il fallait écouter le professeur et faire preuve d'attention... Je préférais être attentif aux verbiages d'un oiseau qui se pose sur la branche du marronnier dans la cour de l'école. La discipline de l'enseignement a très vite développé en moi un rejet et je me suis perdu dans une forme de dualité permissive qui a accompagné toute ma jeunesse.

L'idée de me laisser emporter par ce fleuve qui abreuve d'un flot continu la masse de la population au travers d'un enseignement au regard unidirectionnel, ne m'a jamais enchanté.

Le flux d'informations que génère l'éducation scolaire par l'apport des mathématiques, de la géographie, des langues,

de la physique, me transportait irrémédiablement vers l'avenir. Qu'allais-je en faire ? Pourraient-elles nourrir mon corps, mon intellect en adéquation avec le monde réel ? La réalité fut tout autre !


Copyright : Studio 108 2004-2019 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli