Le blues de Jean Lhomme / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Le blues de Jean Lhomme

Couverture du livre Le blues de Jean Lhomme

Auteur : Enzo Cormann

Illustrateur : Natasha Krenbol

Date de saisie : 03/02/2014

Genre : Jeunesse à partir de 9 ans

Editeur : Joie de lire, Genève, Suisse

Prix : 12.90 €

ISBN : 9782889081981

GENCOD : 9782889081981

Sorti le : 08/01/2014

en vente sur


  • La dédicace de l'auteur

Représentez-vous un type seul et sale, anonyme, vautré sur le trottoir toute la journée, parce qu'il passe ses nuits à marcher pour lutter contre le froid.
Ce type sans nom, sans toit ni rien, nous l'appellerons Jean Lhomme.
Ce moins que rien que personne ne regarde, que personne ne voit, dont tout le monde pense qu'il ne sert à rien, qu'il ne fait qu'encombrer les trottoirs et importuner les passants, cet homme de rien est (mine de rien) l'homme le plus important de la ville, l'homme le plus important du pays, l'homme le plus important de la Terre...
Jean Lhomme est en fait le veilleur du monde : l'homme qui doit tout le temps se rappeler que le monde existe, pour que le monde existe. Qui doit tout le temps penser que les hommes sont des hommes, pour qu'ils restent des hommes, et se souviennent de le rester.
Sans ce moins que rien, sans ce type qu'on n'appelle même pas puisqu'il ne sert à rien, ni vous ni moi ne serions ce que nous sommes. Et le monde ne serait pas non plus le monde sans les hommes de rien dans le genre de celui que nous appelons Jean Lhomme.

Bien cordialement,

Enzo Cormann



  • La présentation de l'éditeur

Le Blues de Jean Lhomme
Conte Enzo Cormann images Natasha Krenbol musique Jean-Marc Padovani

Nous croisons tous les jours de nombreux Jean Lhomme, que nous confondons volontiers avec les objets qui jalonnent les trottoirs de nos villes. Nous ne les voyons pas, ou nous faisons semblant de ne pas les voir. Mais eux nous voient...

Ce conte en musique raconte, par les voix de Docteur Blues et Mister Tchatche, bluesmen aveugles amis des corbeaux, l'histoire d'un «homme de rien», un de ces types sans nom, sans toit ni rien. Cet homme, Mister Tchatche l'appelle Jean Lhomme. Nous croisons tous les jours de nombreux Jean Lhomme, que nous confondons volontiers avec les objets qui jalonnent les trottoirs de nos villes. Nous ne les voyons pas, ou nous faisons semblant de ne pas les voir. Mais eux nous voient. Jean Lhomme n'est pas un objet, il est veilleur du monde.

L'AUTEUR

Enzo Cormann est né en 1953. Il réside actuellement à Lyon. Écrivain, metteur en scène, jazz poet, enseignant... Il est l'auteur d'une trentaine de pièces de théâtre et de textes destinés à la scène musicale, traduits et joués dans de nombreux pays. En France, la plupart de ses pièces sont publiées aux Editions de Minuit. Plusieurs disques témoignent de son travail jazzistique, et particulièrement en compagnie du saxophoniste Jean-Marc Padovani, avec lequel il conduit l'aventure scénique et le label «La Grande Ritournelle». Également romancier, il a récemment publié un tryptique romanesque aux Editions Gallimard : te Testament de Vénus, 2006, Surfaces sensibles, 2007, Vita Nova Jazz, 201 1. Maître de conférences, il enseigne à l'École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT), à Lyon, au sein de laquelle il dirige le département Écriture Dramatique. Documentation complète sur : www.cormann.net

L'ILLUSTRATRICE

Natasha Krenbol est née à Zurich. Enfant, elle a pratiqué la danse classique qui lui a laissé le goût d'une certaine rigueur. Passionnée par la calligraphie arabe, la cartographie, les graffitis... elle a toujours peint. Aujourd'hui elle expose dans le monde entier.
Natasha Krenbol travaille avec des moyens simples : pigments, toile ou tout autre support de fortune. Sur son site natasha.krenbol.free.fr, elle explique : «Je ne sais pas à l'avance ce qui va se passer. J'aime fouiller derrière les apparences, déceler des présences, inventer l'occulte... Je peins le monde, les gens, en toute subjectivité : comme je les vois, comme je les rêve, comme je les découvre en peignant. Au début c'est une sorte de chaos, de magma. Je triture, je rature, je ratisse. Chantier de fouille archéologique, art chaosJogique... La toile infuse lentement. Une image entrevue en amène bientôt une autre. Le tableau se construit, strate après strate, des événements se font jour.»

LE COMPOSITEUR ET INTERPRÈTE

Saxophoniste, compositeur, arrangeur, Jean-Marc Padovani est né en 1956 et vit aujourd'hui à Toulouse. Son quartet, formé en 1989, a effectué de nombreuses tournées en France et à l'étranger. Il a beaucoup travaillé pour le théâtre, le cinéma et la chanson. Il connaît son premier grand succès public en 1987, avec Très horas de sol, spectacle musical et littéraire, «flamenco-jazz» qu'il présente un peu partout durant trois ans. Son disque Nimerio, enregistré en septet avec notamment Enrico Rava, a été désigné par le journal libération comme le meilleur disque de jazz de l'année 1991. Depuis quelques années, il a créé de nombreux spectacles de théâtre musical en compagnie de l'écrivain et acteur Enzo Cormann, dans le cadre de leur compagnie La Grande Ritournelle.





  • Les premières lignes

On m'appelle Corvus Corax. Ainsi en ont décidé les hommes, qui s'y entendent en oiseaux, bien qu'ils n'aient pas la moindre idée de ce qu'on éprouve en volant de ses propres ailes, et non pas dans le ventre d'un avion.
En langage de tous les jours, Corvus Corax se dit «corbeau» - en anglais, «crow», qui se prononce «crrrrooo»...
Je niche dans un chêne, au fond du parc municipal. Chaque matin, sur les coups de onze heures, je vois passer Docteur Blues et Mister Tchatche, que tout le monde appelle DB et MT.
Ces deux-là, personne ne sait comment ils s'appelaient avant que tout le monde ait pris l'habitude de les appeler comme ça.
DB et MT sont aveugles - je veux dire pour de bon : pas bigleux, pas miro, je dis bien aveugles. Aujourd'hui les gens disent «non-voyants», ce qui veut dire la même chose, mais n'a pas l'air de dire ce que ça dit - si vous voyez ce que je veux dire...

DB et MT sont venus au monde aveugles. Ils n'ont ni l'un ni l'autre jamais rien vu du monde avec leurs yeux, et ne verront jamais à quoi ressemble le monde avant de le quitter.
Bien sûr, ils touchent, ils sentent, ils entendent les gens, les rues, l'air du matin et la brise du soir... Il n'y a que leurs yeux qui soient aveugles. Ils connaissent par coeur l'odeur du café, et reconnaissent un rire d'enfant. A les voir déambuler accrochés l'un à l'autre, avec leur unique canne blanche, on a du mal à croire qu'ils aient un jour eux-mêmes été des enfants.


Copyright : Studio 108 2004-2019 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli