Bugaled Breizh : l'enquête torpillée / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Bugaled Breizh : l'enquête torpillée

Couverture du livre Bugaled Breizh :  l'enquête torpillée

Auteur : Jacques Losay

Préface : Michel Douce | Dominique launay

Date de saisie : 16/01/2014

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Locus Solus, Lopérec

Prix : 4.90 €

ISBN : 9782368330364

GENCOD : 9782368330364

Sorti le : 18/01/2014

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Le 15 janvier 2004 disparaissait en quelques secondes le Bugaled Breizh.
Déjà 10 ans de silences, de revirements, de mensonges !

Après le succès public du film-événement «Bugaled Breizh, The silent killer», en tournée depuis plus un an dans de nombreuses salles en France, voici enfin le livre qui donne :
- Toutes les clés de l'affaire depuis son origine
- Les parties en présence
- Les incohérences du dossier
- Les pressions sur l'enquête
- L'internationalisation de l'affaire
- 40 images et cartes pour comprendre

Un petit livre pour de grandes questions en suspens, alors que l'affaire connaît encore de nouveaux rebondissements.

L'enquête des juges, des experts, des médias et des parties civiles a suivi un cours sinueux, se heurtant à tout moment à L'OMERTA DU SECRET DÉFENSE. Après le succès public du film-événement The silent killer, en tournée en France et à l'étranger, l'auteur-réalisateur Jacques Losay rassemble ici les pièces du puzzle, pointe les incohérences, les pressions sur l'enquête et l'internationalisation de l'affaire, avant d'en appeler à un légitime sursaut citoyen. En dépit d'une fin d'enquête conclue en appel, LE BUGALED BREIZH N'A PAS ENCORE LIVRÉ TOUS SES SECRETS.

Les auteurs :
Jacques Losay, réalisateur du film «The Silent killer»retrace l'histoire de la disparition du tristement célèbre Bugaled Breizh, disparu en mer le 15 janvier 2004.A la pointe du combat des familles, lui-même beau-père du fils d'une victime du naufrage.

Michel Douce, armateur du Bugaled Breizh, qui l'a commandé durant plusieurs années avant d'armer d'autres bateaux à la pêche chalutière dans le Finistère Sud. Il était encore l'armateur du bateau au moment du naufrage.





  • Les premières lignes

Effacé en quelques secondes

À l'aube du 15 janvier 2004, l'Éridan et le Bugaled Breizh, deux chalutiers de Loctudy, pèchent ensemble au large du cap Lizard, en Cornouailles britannique. Un hélicoptère gris vient les survoler. En fin de matinée, alors que les deux bateaux se sont éloignés, Serge Cossec à la barre de l'Éridan reçoit un appel d'Yves Gloaguen, patron du Bugaled Breizh : «Viens vite, je chavire !» Il a à peine le temps de lui demander sa position et de la noter que la VHF grésille et s'étouffe. Il s'est écoulé moins d'une minute : 37 secondes calculeront plus tard des spécialistes. Le silence est définitif. Il est 12h25.
La météo est «maniable» comme disent les marins. L'Éridan fait vite route vers le lieu du naufrage, mais avant de l'atteindre, l'équipage aperçoit un hélicoptère gris - est-ce le même ? - en vol stationnaire. Serge Cossec appelle le CROSS du cap Gris-Nez (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage), l'organisme qui, depuis le Pas-de-Calais, contrôle tout le trafic de la Manche. Il lui est répondu que l'appareil vient sans doute de la Base de sauvetage de Falmouth prévenue par la balise du Bugaled Breizh, qui a commencé à émettre dès qu'elle s'est décrochée automatiquement sous la pression de l'eau. Problème : on apprendra plus tard qu'à ce moment de l'échange radio, les secours n'avaient pas encore décollé ! D'où sort donc cet hélicoptère gris aperçu de loin en vol stationnaire au-dessus du lieu du naufrage, puis disparaît ?

Excusez-nous, ça a coupé !
On n'en saura pas plus, car l'enregistreur de communications du CROSS cap Gris-Nez tombe brusquement «en panne». On apprendra le soir que quelqu'un, «par inadvertance», a actionné l'interrupteur au tableau électrique. Troublant : ce genre d'incident, doublé d'un effacement de cassette, s'était déjà produit dix ans auparavant lors du naufrage de La Jonque sur lequel Bernard Thomas du Canard Enchaîné avait enquêté et relevé des anomalies embarrassantes. Pourquoi couper les communications ? Cette conversation autour de la présence d'un hélicoptère militaire est gênante : elle révèle qu'une manoeuvre est en cours. D'autant que Serge Cossec a noté que l'hélicoptère portait une grosse boule noire qui, selon Charles Hattersley, ancien sous-marinier britannique, aujourd'hui avocat spécialisé, est un sonar de détection des sous-marins.
Et à un journaliste qui soupçonne le CROSS de manipulations et posera ouvertement la question :
- N'avez-vous jamais reçu de consigne vous demandant de couper l'enregistreur ?
le directeur répondra catégoriquement, sans autre justification :
- Non jamais !
Pour obscurcir encore plus le tableau, la cabine de l'Éridan est fracturée au port quelques jours après son retour et l'ordinateur de bord est dérobé. Des larcins de ce genre ne sont pas rares, mais en général les malfaiteurs s'en prennent à plusieurs bateaux et à divers équipements faciles à emporter. Ici la cible est précise : l'Éridan et son ordinateur ! Le disque dur contenait-il quelques vérités ?


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli