Le matériau de Seth : une introduction. Volume 1 / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Le matériau de Seth : une introduction. Volume 1

Couverture du livre Le matériau de Seth : une introduction. Volume 1

Auteur : Jane

Traducteur : Michka Seeliger-Chatelain | Dominique Thomas

Date de saisie : 19/12/2013

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Mama éditions, Paris, France

Collection : Les livres de Seth

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782845940390

GENCOD : 9782845940390

Sorti le : 14/01/2014

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Une introduction éclairante et d'accès particulièrement facile au message de Seth, l'entité considérée par des millions de lecteurs comme l'un des grands maîtres spirituels de notre époque. La métaphysique de Seth est présentée par Jane Roberts, qui lui prêta sa voix.

Ce livre à la fois pratique et plein de sagesse conte l'histoire de la rencontre entre Jane Roberts, son mari Robert Butts, et le «plus grand professeur de métaphysique de notre temps», cette «essence d'une personnalité non incarnée» nommée Seth.
Jane Roberts y raconte dans quelles circonstances Seth a commencé à parler par sa bouche. On la voit aux prises avec le scepticisme - le sien comme celui d'autrui - alors que son esprit rationnel s'acharne à comprendre ce phénomène extraordinaire.
Ayant été pendant des années le canal par lequel Seth s'exprimait, Jane Roberts, imbibée de sa philosophie, la présente ici au moyen de longs extraits commentés, pris dans des sessions privées (qui ne figurent pas dans les livres dictés par Seth).
Un document passionnant pour qui s'intéresse à l'enseignement de Seth.

L'AUTEURE

Jane Roberts (1929-1984) est née et a vécu dans l'État de New York. Auteure d'une trentaine d'ouvrages (poèmes, nouvelles et essais), elle a, pendant vingt ans, prêté sa voix au message de Seth, ouvrant la voie au phénomène moderne du channeling.





  • Les premières lignes

INTRODUCTION DE L'AUTEURE

C'était le 29 février 1968. Je donnais l'un de mes deux cours hebdomadaires de perception extrasensorielle. La grande baie vitrée était ouverte et laissait entrer l'air de la nuit, d'une chaleur inhabituelle. Dans mon salon, où les cours avaient lieu, les lumières étaient allumées, comme d'habitude. Soudain, j'ai senti que nous avions un visiteur. Comme toujours, je suis entrée facilement en transe, sans préambule.
Ce cours réunissait des étudiantes qui avaient lu mon premier livre et avaient entendu parler de Seth. Elles avaient déjà suivi quelques cours, mais n'avaient jamais assisté à une session avec Seth. Mes yeux se sont fermés. Quand ils se sont rouverts, quelques instants plus tard, ils étaient beaucoup plus sombres. J'ai commencé à parler pour Seth. D'un geste rapide, caractéristique, il avait jeté mes lunettes par terre, et je scrutais à présent chaque étudiante avec clarté et acuité. La voix qui parlait était profonde, assez forte, plus masculine que féminine.
Nous avions une session spontanée avec Seth. Cela permettait de le présenter aux étudiantes, et je vais maintenant laisser quelques extraits de cette session remplir le même but : présenter Seth aux lecteurs qui n'ont pas encore entendu parler de lui.

«D'après ce qu'on vous enseigne, vous êtes composées de matière physique et ne pouvez y échapper, mais ce n'est pas le cas. La matière physique se désintégrera, mais pas vous. Bien que vous ne puissiez pas me trouver, sachez que je suis ici. Vos propres parents semblent disparaître sous vos yeux, et s'évanouir à jamais dans le néant. Je peux vous assurer qu'ils vont continuer de vivre. Je peux vous assurer que la mort est un autre commencement et que, lorsque vous êtes mort, vous n'êtes pas réduit au silence. Car cette voix que vous entendez maintenant, est-elle le silence ? Cette présence que vous sentez à l'intérieur de cette pièce, est-elle la mort ?
«Je suis ici pour vous dire que votre joie ne dépend pas de votre jeunesse, car je suis loin d'être jeune. Je suis ici pour vous dire que votre joie ne dépend pas de votre corps physique, car, selon vos termes, je n'en ai aucun. J'ai ce que j'ai toujours eu : l'identité qui est la mienne. Elle ne diminue jamais. Elle grandit et se développe.
«Vous êtes ce que vous êtes, et vous serez davantage encore. N'ayez pas peur du changement, car vous êtes le changement, et vous changez tandis que vous êtes assises devant moi. Toute action est changement, car autrement il y aurait un univers statique, et alors la mort serait effectivement la fin. Ce que je suis, c'est également ce que vous êtes : une conscience individualisée.
«Changez avec les saisons, car vous êtes plus que les saisons. Vous formez les saisons. Elles sont les reflets de votre climat psychique intérieur. Ce soir, je viens dans un but : je viens pour que vous puissiez sentir ma vitalité et, la sentant, savoir que je vous parle depuis des dimensions qui se situent au-delà de celles que vous connaissez. Le tombeau n'est pas la fin, car quelqu'un d'aussi bruyant que moi n'a jamais parlé avec les lèvres de la mort.
«Je suis dans cette pièce, même si vous ne pouvez me localiser dans aucun objet. Vous êtes aussi désincarnées que moi. Vous avez un véhicule à disposition, un corps que vous pouvez appeler vôtre, et c'est tout. J'emprunte celui de Ruburt [le nom que Seth me donne; il parle en outre toujours de moi comme étant de sexe masculin] avec son consentement, mais ce que je suis ne dépend pas d'atomes et de molécules, et ce que vous êtes ne dépend pas de la matière physique. Vous avez vécu auparavant et vous vivrez à nouveau ; quand vous en aurez fini avec l'existence physique, vous vivrez encore.
(...)


Copyright : Studio 108 2004-2018 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli