Images troublées, réalités morcelées, Alzheimer : incarnation du mal vieillir ? / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Images troublées, réalités morcelées, Alzheimer : incarnation du mal vieillir ?

Couverture du livre Images troublées, réalités morcelées, Alzheimer : incarnation du mal vieillir ?

Auteur : Jean-François Diana | Vincent Meyer

Date de saisie : 28/02/2012

Genre : Société Problèmes et services sociaux

Editeur : Etudes hospitalières, Bordeaux, France

Prix : 30.00 €

ISBN : 978-2-84874-337-0

GENCOD : 9782848743370

Sorti le : 02/02/2012

en vente sur logo Amazon.fr Librairie Dialogues


  • La présentation de l'éditeur

IMAGES TROUBLÉES, RÉALITÉS MORCELÉES, ALZHEIMER : INCARNATION DU MAL VIEILLIR ?

Sous la direction de
JEAN-FRANÇOIS DIANA et VINCENT MEYER

Bien au-delà de la pathologie complexe qui la caractérise, la maladie d'Alzheimer - par les expertises qu'elle convoque et les représentations qu'elle génère - devient un sujet qui occupe désormais largement l'espace public.

Des images troublées et des réalités morcelées qui, de proche en proche, incarnent un mal vieillir dans notre société, tel est le constat posé par l'Association mosellane d'aide aux personnes âgées et handicapées (AMAPA) et le Centre de recherche sur les médiations (CREM) de l'université de Lorraine ; constat qui a présidé à l'organisation de journées d'étude en 2010, associant des professionnels de la maladie d'Alzheimer et des universitaires. Celles-ci ont permis de mettre au jour les tensions existantes entre les pratiques quotidiennes en institution ou avec des aidants, et les représentations véhiculées autour de cette pathologie. Ainsi, encore pensée dans son hétérogénéité, la prise en charge de la maladie d'Alzheimer implique-t-elle plus que jamais que soient associées ses dimensions interpersonnelles, sociales, techniques et éthiques, en lien avec des dispositifs d'information, de communication et de médiation.

Jean-François Diana : maître de conférences en Sciences de l'Information et de la Communication à l'université Paul Verlaine-Metz, chercheur au Centre de recherche sur les médiations (EA 3476), ses recherches s'intéressent aux analyses des dispositifs et des contenus médiatiques. Il interroge également les effets produits sur l'opinion publique et leurs modes d'appropriation. Il étudie plus particulièrement les représentations et les pratiques journalistiques liées au sport de haut niveau.

Vincent Meyer : sociologue, professeur des universités en Sciences de l'Information et de la Communication à l'université Paul Verlaine-Metz, chercheur au Centre de recherche sur les médiations (EA 3476), ses domaines de recherche sont les pratiques d'information et de communication d'agents individuels ou collectifs dans différents champs professionnels et leur manifestation dans les discours publics (écrit, oral ou audiovisuel). Ce faisant, il étudie le caractère d'action et d'utilité publiques de certaines formes de communication (prévention, médiation, politiques publiques, perspectives interculturelles et internationales) ; toutes ses publications sont disponibles sur www.vmeyer.canalblog.com

Ont contribué à cet ouvrage : Laure Amar, Michel Aussedat, Marie-Thérèse Bastien, Michel Bille, Florence Charue-Duboc, Jean-François Diana, Jérôme Dinet, Leila Hugues, Anne-France Kogan, Michel Laforcade, Elio Melis, Vincent Meyer, Claire Olland, Nathalie Raulet-Croset, Virginie Vinel, Alan Vinot, et Ingrid Voléry.





  • Les premières lignes

Extrait de l'introduction

IMAGES TROUBLÉES, RÉALITÉS MORCELÉES : ALZHEIMER, L'INCARNATION DU MAL VIEILLIR ?

Jean-François DIANA
Maître de conférences
Sciences de l'information et de la communication

Vincent MEYER
Professeur des universités
Sciences de l'information et de la communication

À l'occasion de la Journée internationale des personnes âgées fin septembre 2010, l'Association Mosellane d'Aide aux Personnes Âgées et Handicapées (AMAPA) et le Centre de recherche sur les médiations (CREM) de l'université de Lorraine, ont organisé conjointement deux journées d'étude et de formation sur le thème de la maladie d'Alzheimer, sous deux angles spécifiques : celui des pratiques quotidiennes et celui des images et représentations autour de cette pathologie. Ainsi ces journées concrétisaient-elles une collaboration entre les chercheurs en sciences humaines et sociales (sciences de l'information et de la communication, anthropologie, sociologie, psychologie et sciences de gestion), des professionnels du service à la personne et des établissements d'hébergement. Celle-ci visait à mettre en commun des pratiques, des méthodes et une réflexion sur les images de la maladie dans l'espace public. Dans ces travaux pluridisciplinaires, il s'est agi de penser ces pratiques dans leurs dimensions interpersonnelles, sociales, techniques et éthiques, mais aussi en lien avec des dispositifs de communication et de médiation mobilisés autour de la prise en charge de la maladie d'Alzheimer. Ces dimensions se retrouvent dans les deux parties principales de cet ouvrage.

La première partie, Re-présentations et enjeux des prises en charge, expose - sous un regard croisé praticiens et chercheurs -, les multiples facettes du quotidien de la maladie dans les interactions et les attentes qu'elle produit entre le patient, les professionnels et les aidants. Le malade d'Alzheimer devenu «étranger aux autres et pour les autres», les problématiques émergeantes interrogent aussi le devenir de la filière de soins gériatriques dans un «univers financièrement contraint», pour lequel il faut pourtant imaginer de nouvelles solutions et possibilités de prise en charge des malades et soutenir les aidants dans leurs actions.

Michel Bille pose d'entrée de jeu deux questions essentielles : «Que savons-nous de la maladie d'Alzheimer depuis un siècle qu'on l'étudié maintenant ? Que savons-nous du malade d'Alzheimer, de ce qu'il vit ?». Une maladie qui fait peur, une maladie qui fait de l'autre un «étranger» ; un diagnostic qui sonne toujours comme un verdict ou une condamnation avec une image de soi qui est «constamment travaillée et retravaillée»., Cette image détériorée avec une «impossible restauration [qui] entraîne une difficulté grandissante à jouer un rôle sur la scène sociale là où, dans le rapport aux autres, se forge l'identité» ; une image qui renvoie aussi et en permanence à notre propre fragilité... Il est impossible de parler de cette maladie sans évoquer l'évolution et les contraintes de la filière de soins gériatriques qui doit répondre au défi de l'accroissement du nombre des personnes âgées. En ce sens, Michel Aussedat dresse, dans une approche médicale et éthique, un état des lieux d'un système institutionnel soumis à un double défi : «assurer un continuum de prise en charge, sans rupture, adapté au parcours de la personne âgée, sans perte de chance avec prévention de l'installation ou de l'aggravation d'une dépendance» et «développer conjointement les structures d'accueil, la recherche et la prévention». Un autre défi est mis au jour par Michel Laforcade, celui d'une analyse des besoins qui ne soit pas trop dépendante de nos projections et de nos représentations sur et de la maladie. Ainsi invite-t-il à ne pas «confondre théorie professionnelle et idéologie». Pour ce faire, il suggère de commencer par évoquer les «30 % de capacité d'une personne plutôt que ses 70 % d'incapacité» et d'interroger la notion même de «dépendance» sous un angle spécifique, à savoir que «le drame de l'EHPAD [Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes] réside souvent dans une rupture complète de pourvoyance : plus personne ne dépend de la personne âgée qui n'a plus rien à donner d'elle-même». L'auteur nous met aussi en garde sur ce que nous croyons savoir et sur ce que nous véhiculons effectivement comme représentations sur des pratiques professionnelles qui parfois ne sont que des accommodements et propose d'expérimenter, avec une «humilité permanente» une pluralité de solutions à commencer par celles qui consistent aujourd'hui à «relier ce qui est séparé».


Copyright : Studio 108 2004-2014 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli